Cadlog Blog

Nouveautés et actualités du secteur de l'électronique et de l'ingénierie

smart manufacturing

Smart Manufacturing: son fonctionnement dans l’industrie électronique [infographie]

Le Smart Manufacturing est en train de conquérir l’industrie électronique dans le monde entier. Nous sommes dans une phase historique où des concepts tels que la quatrième révolution industrielle et l’industrie 4.0 sont devenus des réalités concrètes à la portée de tous.

La digitalisation des processus de production tire parti de la connectivité d’Internet, de la capacité de traitement des Big Data et de l’omniprésence de l’Internet des Objets, pour rendre les processus plus prévisibles, plus rapides et plus sûrs. Les partisans du Smart Manufacturing prêchent la facilité d’accès à ces nouvelles méthodes de production, car on sait que de nombreux entrepreneurs de PMI sont encore sceptiques. Ils veulent faire le saut – peut-être après avoir vu ce que font leurs concurrents – mais ils ont peur que cela coûte trop cher, qu’il faille acheter de nouvelles machines coûteuses.

Au contraire, le Smart Manufacturing est un choix dicté avant tout par des motivations économiques, par le désir d’investir un minimum pour obtenir le maximum. Et c’est exactement ce qui se passe quand on considère les nombreux exemples que nous donne l’industrie européenne.

Chez Cadlog, nous voyons des entreprises adopter le Smart Manufacturing, et obtenir des résultats exceptionnels. Parfois, nous vous présentons un cas de réussite, comme celui de ROJ, qui a entièrement construit l’usine du futur, ou celui d’Axel Elettronica, qui a révolutionné sa manière d’introduire de nouveaux produits (NPI). Ces cas se multiplient dans tous les pays où nous sommes présents : Allemagne, Autriche, Espagne, France, Italie, Portugal, Suisse. Là où il y a une vision claire de l’avenir, il y a le Smart Manufacturing.

Comment fonctionne le Smart Manufacturing dans l’industrie électronique ? Cela est expliqué très clairement dans une infographie réalisée par Siemens, que nous présentons dans cet article.

Les principaux défis de la fabrication électronique

Actuellement, l’un des principes clés du secteur manufacturier est le « Lot Size of One« , qui se traduit littéralement par « lot de un ». Cela signifie que les lots des différentes productions sont tellement restreints qu’ils en sont presque réduits à une unique pièce. Cela est dû aux tendances actuelles de la consommation, qui exigent un changement continu des produits et leur personnalisation croissante. Pour les entreprises manufacturières, cela signifie une activité continue d’introduction de nouveaux produits, nécessitant d’intervenir à trois niveaux :

  • Obtenir des processus qui permettent une qualité maximale, avec l’objectif « Right the First Time », c’est-à-dire avoir le bon produit dès le premier essai ;
  • Garder la productivité sous contrôle, avec une planification précise, des reconfigurations de lignes rapides et des livraisons de matériel en juste-à-temps ;
  • Poursuivre l’amélioration continue, en adoptant le modèle du « Digital Twin », qui consiste à simuler numériquement les composants des produits et des processus.

L’optimisation de l’utilisation des matériaux est le deuxième défi. Dans ce cas, la différence se remarque au niveau de l’approvisionnement, où la gestion digitalisée peut vraiment faire la différence. La gestion des stocks est l’un des points forts du logiciel de Siemens, qui permet de synchroniser le stock avec les lignes de production. Le résultat est un approvisionnement des composants en juste-à-temps : les bons matériaux, au bon endroit, au bon moment.

Le troisième défi est la gestion des données. L’atelier génère en permanence et à grande vitesse une énorme quantité de données relatives aux processus, aux cartes et aux composants individuels. La tâche du logiciel est de transformer les Big Data en Smart Data, c’est-à-dire en données formatées et compréhensibles, afin d’obtenir des analyses et des prévisions qui appuient les décisions en temps réel.

Digitaliser l’ensemble de la chaîne de valeur grâce à des solutions de production intelligentes

La deuxième partie de l’infographie sur le Smart Manufacturing est consacrée à un schéma simple et efficace sur les différentes phases du processus de production, qui met en parallèle la production électronique et mécanique. Ici, le message est clair : les deux processus doivent être gérés de manière unifiée et sans rupture avec la phase de conception.

Après la conception, la deuxième phase est la planification de la production, ou ingénierie, dont l’objectif est de passer à la production le plus rapidement possible, sans erreurs et en évitant les itérations de conception. Ici, on observe une partie de la conception pour la fabrication (Design for Manufacturing ou DFM), puis de l’introduction de nouveaux produits (New Product Introduction ou NPI), qui nécessite une préparation du produit.

Ensuite, il y a l’exécution, au sein de la chaîne de production, qui dans le cas de l’électronique consiste en l’assemblage de la carte. C’est surtout au cours de cette phase que la traçabilité est appliquée à chaque élément, de façon à ce qu’il soit possible d’obtenir l’étape suivante, à savoir la « Product Intelligence ».

Les avantages du Smart Manufacturing

La troisième et dernière partie de l’infographie résume les avantages qui peuvent être obtenus grâce au Smart Manufacturing :

  • une réduction du temps nécessaire à l’introduction d’un nouveau produit pouvant aller jusqu’à 50 % ;
  • une réduction des stocks, grâce à l’approvisionnement en flux tendus, avec une réduction de coûts significative ;
  • une qualité de production proche de 100 % ;
  • une réduction du changeover estimée à 50 % ;
  • moins d’obsolescence des équipements, qui n’ont pas besoin d’être remplacés pour implémenter le Smart Manufacturinge dans l’usine ;
  • un délai de livraison des nouvelles commandes dans les 24 heures ;
  • une réduction de 20 % du temps d’ingénierie ;
  • une augmentation de 30 % de l’efficacité de la production.

Tout cela conduit à une croissance des résultats économiques de l’entreprise, qui peut facilement atteindre 20 %. L’heure de se mettre au Smart Manufacturing est définitivement venue !

Cliquez sur l’image pour télécharger l’infographie :

 

Smart Manufacaturing

Share this post:
Celine WagnerSmart Manufacturing: son fonctionnement dans l’industrie électronique [infographie]